Espaces Lacan

Espaces index

Séminaire 2003
lacets...





Pause  peinture à l'huile de Thanh-Thang Ly    Pause
                                           offerte par notre ami Than Ly (décembre 2001)

Séminaire de recherche - Paris, à partir de janvier 2003
séminaires précédents : 2001
 2002
Programme 2003 : L'illusion patriarcale et Non-dupes errent (suite)

voir : annonce séminaire 2003



Prochaine séance : le mercredi 9 juillet 2003, à 21 h.
"Lacan (Freud) Levi-Strauss. Il n'y a pas de rapport épistémologique"
intervention de Carina Basualdo qui nous présentera sa thèse.

 

- le mercredi 21 mai 2003, à 21 h.

- le mercredi 9 avril 2003, à 21 h.

  Lecture de la séance du 9 avril 1974 (n°11)
  Nous aborderons en particulier le passage du singulier au collectif.
 

- le mercredi 12 mars 2003

Poursuite de la séance précédente : voir annonce ci-dessous de février 2003 :

Depuis l'écoute de la séance 7 du 12 février 1974 du séminaire des Non-dupes errent du D. Jacques Lacan, nous tenterons de suivre la visée de Lacan de "dire la différence qu'il y a entre le vrai et le Réel".

Extraits séance n°8 du séminaire "les Non-dupes errent" du 19 février 1974 :

Ce qui s'oppose à l'un du tout de l'homme, et il n'y en a qu'un comme chacun sait, la preuve c'est qu'on le désigne par l'article défini, ce qui s'oppose au tout de l'homme, là, c'est, c'est, il faut bien le dire, les femmes, en tant qu'il n'y a pas moyen d'en venir à bout, sinon à les énumérer, je peux pas dire toutes parce que le propre du dénombrable, c'est justement qu'on n'en vient jamais au bout.
    Et si je vous donne ce repérage, c’est que ça vous... faut que ça vous serve à quelque chose, faut que ça illustre ce que j'ai dit la dernière fois du dire vrai. Le dire vrai, c'est ce qui achoppe, c'est ce qui achoppe sur ceci que pour, dans un ou... ouintenable qui serait que tout ce qui n'est pas homme est femme et inversement, ce qui décide, ce qui fraye, n'est rien d'autre que ce dire, ce dire qui s'engouffre dans ce qu’il en est du trou par où manque au Réel ce qui pourrait s’inscrire du rapport sexuel.
[...]
Ce qui est important, ce qui constitue le Réel, c'est que, par la logique, quelque chose se passe, qui démontre non pas qu'à la fois p et non p soient faux, mais que ni I'un ni I'autre ne puisse être vérifié logiquement d'aucune façon. C'est là le point, le point de re-départ, le point sur lequel la prochaine fois je reprendrai : cet impossible de part et d'autre, c'est là le Réel tel que nous le permet de le définir la logique, et la logique ne nous permet de le définir que si nous sommes capables, cette réfutation de l'un et de l'autre, de l'inventer.


- le mercredi 12 février 2003

Depuis l'écoute de la séance 7 du 12 février 1974 du séminaire des Non-dupes errent du D. Jacques Lacan, nous tenterons de suivre la visée de Lacan de "dire la différence qu'il y a entre le vrai et le Réel".

     "[...] le Réel, c'est ce qui se détermine de ce que ne puisse d'aucune façon s'y écrire le rapport sexuel. Et c'est de là que résulte ce qu'il en est du dire vrai, tout au moins ce que nous démontre la pratique du discours analytique, c'est que c'est à dire vrai, c'est-à-dire des conneries, celles qui nous viennent, celles qui nous jutent comme ça, qu'on arrive à frayer la voie vers quelque chose dont ce n'est que tout à fait contingent que quelquefois et par erreur, ça cesse de ne pas s'écrire, comme je définis le contingent, à savoir que ça mène, entre deux sujets, à établir quelque chose qui a l'air de s'écrire comme ça d'où l'importance que je donne à ce que j'ai dit de la lettre d’(a)mur."
Références transversales :

- Extraits d'un texte de Anne Querrien (courrier privé, fév. 03) :

L'Europe, grecque et juive, est polythéiste et monothéiste. Les Grecs avaient un panthéon assez génial puisqu'ils avaient même des Déesses. [...] Tous les peuples barbares dont nous venons également avaient des panthéons très divers.
Le roi de France, ancien franc, s'étant fait sacré représentant de Dieu sur terre, a essayé de nous convertir en vain au monothéisme à suprématie masculine, auquel il venait de se convertir pour que l'Eglise l'aide à acquérir le monopole de la violence légitime sur notre territoire.
[...] Le monothéisme est revenu chez nous après la phagocytation que nous lui avions fait subir au Moyen Age, sous les traits de l'abstraction révolutionnaire : l'Etre Suprême, la Raison, l'Etat, et là il nous fait d'un côté vraiment très mal avec son école, où on nous a obligées de venir en cheveux, comme on n'avait le droit de se présenter que dans le lit ou au gibet, mais dont nous avons profité pas mal puisque nous avons appris de quoi être autre chose que bonne à tout faire.
[...] Mais le monothéisme ce n'est pas du folklore, et ce n'est pas seulement la culture, ou la civilisation comme on le prétend, c'est aussi une entreprise systématique de retrait de la femme de la divinité - c'est à dire de la capacité humaine à l'augmentation infinie de la puissance d'agir - contre laquelle il faut lutter par les moyens pacifiques de la ruse, du rire, de la philosophie, et de tout ce qu'on n'a pas encore inventé.


- Télévision, dont la parution annoncée ce jour-là par Lacan, coïncide avec son travail de l'année. (Seuil, 1er trim. 1974)

- Schèmes structuraux des quatre "discours" (Radiophonie, Scilicet n°2/3, Seuil, 1970).

- Aristote : Organon, III, Les Premiers Analytiques, (Librairie philosophique J.Vrin, 1992, 2001).

    En particulier l'exemple de l'amour dont Aristote illustre son propos, 68b, "Si donc tout amant, en vertu de son amour, préfère (A), savoir que l'aimé soit disposé à lui accorder ses faveurs sans toutefois les lui accorder (G), plutôt que de voir l'aimé lui accorder ses faveurs (D) sans être disposé à les lui accorder (B), il est évident que (A) est d'une nature telle qu'il est préférable au parti de se voir accorder les faveurs de l'aimé. [...]".
    Voir aussi le Banquet, Platon, discours de Pausanias.  -
- le mercredi 22 janvier 2003

Après un éventuel point d'appui sur les 5 premières séances, nous repartirons de l'écoute de la séance 6, du 15 janvier 1974, du séminaire des Non-dupes errent, du D. Jacques Lacan. Il sera aussi question de Lévi-Strauss dans ses rapports à Lacan, depuis son Introduction (1950) à Mauss. (Cf. le signifiant flottant).



Le séminaire se tiendra à Paris.

Espaces Lacan : http://pro.wanadoo.fr/espace.freud/